Les objectifs de l’ADGE

           La création de l’ADGE a pour objectif de répondre à deux besoins existants dans la communauté des doctorants en économie de Grenoble : organiser des événements scientifiques spécifiquement dédiés aux travaux réalisés par les doctorants en économie de Grenoble (1) et faciliter l’établissement de réseaux professionnels et amicaux entre membres de l’association (2).

 

 

1 L’ADGE comme outil de diffusion des recherches

Des doctorants en économie

 

            La création de l’ADGE a tout d’abord pour objectif d’organiser des initiatives permettant de présenter avec l’école doctorale et les laboratoires d’économie les travaux de recherche des doctorants. Cette volonté a d’ailleurs été la raison de la formation de l’association, initialement envisagée comme un outil pour la mise en place de la journée doctorante du 28 mai 2010, décrite plus en détail dans la page de présentation de la JDE.

 

            En effet, nous pensons pouvoir apporter une importante valeur ajoutée en palliant l’absence, depuis plusieurs années à Grenoble, d’événements scientifiques organisés et animés par les doctorants en économie. Bien entendu, il existe des séminaires internes aux différentes équipes de recherche en économie que compte l’UPMF, et auxquels participent individuellement les doctorants. Nous les considérons utiles mais néanmoins insuffisants dans la mesure où l’organisation d’un événement scientifique spécifiquement « doctorant » a au moins trois apports :

 

 

1 En termes de formation professionnelle tout d’abord : un colloque permettra de nous informer sur les thématiques de recherches et les approches méthodologiques de chacun, tout en bénéficiant des conseils et de l’évaluation des enseignants et chercheurs impliqués dans cette initiative.

 

2 En termes de capacité à diffuser les résultats de la recherche scientifique ensuite : l’accomplissement d’un doctorat développe notre capacité à effectuer des recherches rigoureuses en économie, certes, mais il s’agit également de les diffuser, non seulement vers le reste de la communauté scientifique mais aussi vers d’autres acteurs susceptibles d’être intéressés par nos travaux (étudiants, médias, politiques, citoyens). L’organisation de colloques fait donc pleinement partie des compétences professionnelles que notre formation doit nous permettre de maîtriser.

 

3 En termes de valorisation des études de doctorat en sciences économiques enfin : la possibilité d’assister à une journée doctorante et de nous rencontrer à cette occasion permet aux étudiants de Licence et Master de se faire une idée du contenu, des conditions de travail et de l’intérêt de ce niveau de formation. Une journée doctorante d’économie pourrait donc être un facteur très positif pour inciter des étudiants à suivre cette formation en connaissance de causes. C’est pourquoi nous tenons non seulement au caractère ouvert de cette manifestation à caractère scientifique, mais serons aussi particulièrement attentifs à une bonne diffusion de cette information vers les publics étudiants de Licence et Master.

 

 

2 L’ADGE comme outil de création

D’un réseau professionnel et amical

 

            La création de l’ADGE a aussi pour vocation de resserrer les liens professionnels et amicaux entre étudiants inscrits en doctorat de sciences économiques à Grenoble. En effet, nous faisons trop souvent le constat d’un isolement relativement important des doctorants de Grenoble. Cet isolement est en partie dû à la nature même des études de doctorat. Celles-ci consistent essentiellement en un travail de recherche approfondi sur un sujet spécialisé, mené de façon autonome par l’étudiant en doctorat. Cette recherche est en partie menée en collaboration avec un ou plusieurs chercheurs confirmés (le directeur de thèse et son équipe de recherche), mais elle reste avant tout une expérience individuelle.

 

 

            Cette situation d’isolement des étudiants en doctorat est renforcée à Grenoble en raison de la variété des situations institutionnelles dans lesquelles ces derniers effectuent leur recherche. Il existe tout d’abord une forte disparité entre doctorants disposant d’un financement public ou privé pour mener leurs recherches et les doctorants non financés, qui souvent ne bénéficient pas non plus du support d’un laboratoire. Ces doctorants non hébergés n’ont souvent pas accès aux informations concernant l’aide à la recherche (formations, séminaires etc.) mises à disposition par les laboratoires et l’école doctorale. Parallèlement à la disparité entre doctorants financés et non financés, la répartition entre laboratoires est également disparate. Il existe ainsi pas moins de trois laboratoires d’économie (CREPPEM, GAEL et LEPII), indépendants institutionnellement les uns des autres, et disposant de leur propre programme de recherche. D’où un manque préjudiciable de communication et de coopération. Enfin, un nombre plus faible de doctorants travaillent directement dans les services recherches de leur entreprise (doctorants « en convention CIFRE ») ou dans une autre université (doctorants « en cotutelle »).

 

 

            De manière connexe à l’organisation de manifestations scientifiques, l’association se veut donc de développer un réseau professionnel et amical afin d’améliorer les conditions de travail de chacun. L’organisation d’une journée doctorante et la tenue en parallèle, ou dans les jours suivants, de l’assemblée générale de l’association sera un premier pas vers dans l’atteinte de cet objectif. Mais nous comptons aussi organiser régulièrement des événements formels (réunions de concertation), informels (repas, soirées), sans oublier l’usage des nouvelles technologies (site internet, sondages électroniques) pour réunir la communauté doctorante en économie.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :